Vindicte

Foyer des luttes

Compte Vindicte

fermeture

Pour la planification publique, écologique et sociale

POUR UNE BANQUE PUBLIQUE UNIQUE

QUI SUBVENTIONNE L’ÉCOLOGIE ET LA SOCIÉTÉ

Pourquoi Vindicte est différente ?

  • Nous nous battons contre la pauvreté
  • Nous voyons les intérêts bourgeois dans le logement, l’alimentation, la santé, l’environnement…
  • Nous défendons l’annulation de la dette
  • Nous savons qu’on peut se financer autrement, avec des subventions publiques

Nos engagements

  1. Nous n'avons aucune pitié envers les banques
  2. On montre la pauvreté pour ce qu'elle est : une violence de classe qui vient des banques bourgeoises

Scandales à répétition

Les scandales financiers comme les finCEN files montrent que les banques font peu de cas de soutenir le terrorisme, les cartels de drogue, ou littéralement n’importe quoi tant qu’il y a du profit à la clef.

En 2020, en pleine pandémie, les banques françaises ont ainsi généré 21 milliards de bénéfice (sur un total de 23 milliards pour la zone euro). Ce sont les mêmes banques qui nous demandent de l’argent quand elles ont fait des bêtises.

La gestion ouvrière des entreprises, c’est ce qui permettra de mettre un terme au capitalisme. Pour cela, il faut une gestion publique des banques – comme ce fut le cas en 45 ou en 82 – pour soutenir ce nouveau modèle.

Au reste, les clients les plus vulnérables ont intérêt à cela. Une banque facture en moyenne 34 € par an à ses clients. Pour un client en difficulté, par contre, c’est 296 €. Les banques se nourissent de la pauvreté et de la misère.


L’écologie et le social comme critères de financement

Nos habitations nous appartiennent

300 000 personnes vivent à la rue en France, 2 000 personnes meurent à la rue chaque année. C’est un échec : il faut abolir le marché de l’immobilier. Pour le faire disparaître, généraliser le principe des HLM, ce serait avoir des organismes en lien avec les mairies qui ont comme devoir de fournir un logement à toutes celles et tous ceux qui en demandent dans la commune.

La fin de la rente immobilière, c’est la fin de la séparation entre les locataires et les propriétaires, c’est la fin de l’exploitation par les propriétaires, c’est la fin des loyers, c’est la fin du mal logement. Et c’est la fin des crédits immobiliers, qui donnent aux banques un contrôle quasi-total sur l’ensemble du territoire.


Et tout le reste aussi

La socialisation des banques, cela veut dire que les critères de financement nous appartiennent. Les critères de prêt, donc, mais surtout de subvention : le prêt n’est pas l’alpha et l’oméga de toute économie.

Les banques ont comme seul critère le profit qu’elles tirent. Nous voulons des critères écologiques et sociaux. Jamais le critère pour la production, qu’elle soit industrielle ou agricole, ne doit être le profit : c’est partir sur de mauvaises bases.

Pour que l’alimentation soit locale, végane, biologique, il faudra financer les nouvelles pratiques agricoles, beaucoup moins rentables, et qui demandent beaucoup plus de travail – mais qui sont écologiques et bonnes pour la santé. C’est le rôle d’une banque publique que de récompenser ce travail.


Références

Notre programme

Défendre tous les modes d'action

Pour une sécurité sociale de l'écologie

Pour le régime de l'intermittence

Pour une justice vraiment universelle

Pour l'accueil et la régularisation de tous les migrants


0Komu

Pour la planification publique, écologique et sociale

Sois le premier à commenter cette publication !

🙂

Vindicte - dernière mise à jour le 23 décembre 2021

Notre ligne politique - À propos de nous - contact@vindicte.com