Vindicte

Foyer des luttes

Compte Vindicte

fermeture

Pour le régime de l'intermittence

NOUS DÉFENDONS LA VIE LIBRE

LE TRAVAIL EST SECONDAIRE

Pourquoi Vindicte est différente ?

  • On ne considère pas que nous sommes des machines à faire du boulot
  • On sait que le chômage de masse est un choix politique
  • On propose une solution pour sortir de la précarisation du travail par le haut
  • On combat la propriété intellectuelle en art, en agriculture, en médecine et partout

Nos engagements

  1. Nous ne réduisons pas la vie au travail
  2. Nous défendons le partage du savoir

1. Transformer le travail

Les artistes à la rescousse

Dans tous les milieux, y compris maintenant dans les services publics, on embauche avec des contrats courts – choisis ou subis. 90% des embauches sont maintenant des contrats courts, alors que d’après la loi, c’est l’exception. Et c’est sans compter les auto-entrepreneurs, dont le nombre explose un peu plus chaque année (en 2019, on en était à 1 500 000 au total).

Les artistes peuvent nous sauver. Ce sont des personnes qui depuis longtemps vivent de contrats ponctuels, dont les revenus sont discontinus, et dont la provenance des revenus change.

Le modèle que ces personnes ont développé et défendu, c’est l’intermittence. Elle permet de garantir des revenus en nivelant collectivement les salaires sur une période. C’est complémentaire de l’assurance chômage : là où l’assurance chômage a été pensée pour les contrats longs avec des ruptures ponctuelles, cette solution prend en compte la transformation du travail.

Contre le marché du travail et pour la vie

Au lieu de penser le travail comme un « marché » où on se tire dans les pattes pour se concurrencer les uns et les autres, on choisit une vie empreinte de liberté : les artistes savent bien que la musique qu’ils et elles composent à un moment donné ne se résume pas au temps de composition. Une œuvre, quel que soit le métier, c’est toujours l’œuvre d’une vie. Une œuvre, c'est l'œuvre d'une société. L’intermittence permet de penser les périodes qui ne sont pas des périodes de pure production : les études tout au long de la vie, les voyages, l’oisiveté, la lecture, les entraînements, soutenir sa famille et ses ami⋅es…

Le patronat n’y a pas intérêt : les contrats courts, associés à l’obligation de les accumuler provoque irrémédiablement une grande précarité, la misère et l’exploitation – c’est-à-dire des baisses de coût pour les entreprises. Il faut alors lutter contre le mythe de la dette de l’assurance chômage, qui vient soi-disant justifier les réformes parce qu’il y aurait trop de chômeur⋅ses, mais ne se base en réalité sur rien d’autre que sur l’intérêt des patrons.

D’accord pour plus de « flexibilité » dans le travail, mais à une condition : l’intermittence. Au lieu d’élargir l’emploi à l’entièreté de nos existences comme le veulent les patrons, octroyons-nous du temps hors des entreprises. L’intermittence, c’est reconnaître que notre vie n’est pas faite pour le travail. C’est précisément l’inverse : c’est la vie qui nous amène à produire (des œuvres, des objets, des services).

2. Fin de la propriété intellectuelle

Le modèle que défendent les patrons pour l’art, pour les médicaments, pour la nourriture, c’est celui de la propriété intellectuelle. Il faut s’y opposer : c’est un modèle qui ne favorise que les grands groupes au détriment de la liberté. Généralisons le domaine public à toutes les œuvres ! Et permettons à la rémunération de ne pas dépendre de la détention de brevets, en art ou ailleurs. Les découvertes, les inventions, les chansons n’appartiennent à personne. Au fait, vous remarquez à quel point c’est important pour fabriquer, par exemple, des vaccins ?

La question de la fin de la propriété intellectuelle est directement liée à celle de la rémunération des artistes, des agriculteurs et des chercheurs, parce que ce ne sont pas les grands groupes qui produisent l'art, la recherche et la nourriture. Le régime de l’intermittence permet de mettre un terme à la propriété intellectuelle, et libère l’art, la recherche et l’agriculture d’un fardeau, en acceptant les périodes blanches.

Actuellement, les majors, l’industrie pharmaceutique, et l’industrie agroalimentaire capitalisent sur les brevets qu’elles détiennent. Pour autant, les petits artistes galèrent ; la recherche est financée par les fonds publics ; et les agriculteurs se retrouvent exploités par les grandes firmes. De nombreuses personnes dans le monde n’ont pas accès aux médicaments à cause des brevets ; l’art devient un produit commercial ; le vivant appartient aux patrons.

Référence

Notre programme

Défendre tous les modes d'action

Pour une sécurité sociale de l'écologie

Pour la planification publique, écologique et sociale

Pour une justice vraiment universelle

Pour l'accueil et la régularisation de tous les migrants


Pour une justice vraiment universelle

SE BATTRE CONTRE LES INÉGALITÉS NE SE FERA PAS AVEC LES INSTITUTIONS EN PLACE Pourquoi Vindicte est différente ? Nous nous battons contre les structures sociales et politiques de l’oppression Nous pensons que le patriarcat, le racisme, et le capitalisme se renforcent mutuellement Nous ne croyons pas que la police ou la justice changera Nous croyons… Lire la suite

Pour l'accueil et la régularisation de tous les migrants

POUR DÉFENDRE LES MIGRANT⋅ES EN LUTTANT CONTRE L'ISLAMOPHOBIE ET LE RACISME Pourquoi Vindicte est différente ? Nous ne croyons pas au mythe raciste de l’identité française Nous combattons le racisme systémique, y compris le racisme d’État Nous pensons que toute personne peut choisir son lieu de résidence Nous voulons l’abolition des frontières et d… Lire la suite

Pour le régime de l'intermittence

NOUS DÉFENDONS LA VIE LIBRE LE TRAVAIL EST SECONDAIRE Pourquoi Vindicte est différente ? On ne considère pas que nous sommes des machines à faire du boulot On sait que le chômage de masse est un choix politique On propose une solution pour sortir de la précarisation du travail par le haut On combat la propriété intellectuelle en art, en agriculture… Lire la suite

Pour la planification publique, écologique et sociale

POUR UNE BANQUE PUBLIQUE UNIQUE QUI SUBVENTIONNE L’ÉCOLOGIE ET LA SOCIÉTÉ Pourquoi Vindicte est différente ? Nous nous battons contre la pauvreté Nous voyons les intérêts bourgeois dans le logement, l’alimentation, la santé, l’environnement… Nous défendons l’annulation de la dette Nous savons qu’on peut se financer autrement, avec des subventions p… Lire la suite

Pour une sécurité sociale de l'écologie

NOUS DÉFENDONS LA DÉCROISSANCE : L'ÉCOLOGIE SERA LE FRUIT DES TRAVAILLEUR⋅SES Pourquoi Vindicte est différente ? Nous prenons acte que le changement climatique a déjà commencé Nous croyons qu’une humanité sans exploitation de l’environnement est possible Nous défendons comme solution la sécurité sociale de l’écologie Nous n’espérons rien de la bour… Lire la suite

0Komu

Pour le régime de l'intermittence

Sois le premier à commenter cette publication !

🙂

Vindicte - dernière mise à jour le 23 décembre 2021

Notre ligne politique - À propos de nous - contact@vindicte.com