Vindicte

Compte Vindicte

fermeture

Macron et Z Event, comprendre pourquoi la récupération agace

La Vindicte Elliptique🌎 Actu

Le 15 septembre 2022 à 4h17

Titus
Militant invétéré

276 sujets
78 messages

Écologie
Avec son bilan écologique médiocre, la récupération d’un événement caritatif au profit d’associations écolo a viré au couac pour Macron. Que lui reprochent les associations exactement ?

On en a entendu parler, le marathon caritatif du Z Event, organisé par des streamers, a récolté plus de 10 millions d’euros. Macron s’est fendu d’un message sur Twitter, filmé façon téléphone portable. Il remercie les streamers d’avoir œuvré cette année pour l’écologie. « Bravo à tous parce que vous êtes encore une fois au rendez-vous des défis que vous vous êtes lancés, en défendant une cause : l’écologie. Une cause que je partage. »

Sauf que le message n’était pas du goût de tout le monde. Sea Shepherd, une des cinq organisations bénéficiaires cette année, a retoqué sèchement : « Oui merci au #ZEVENT2022 qui en 3 jours a aidé plus que n’importe quel gouvernement. Nos alertes sur l’océan sont restées lettre morte auprès de vos équipes et nous n’avons même pas été admis dans le groupe de travail sur les captures de dauphins à cause d’un véto des pêcheurs. » La communication de Macron souffre difficilement du rappel des faits les plus basiques, particulièrement en ce qui concerne l’écologie.

10 000 dauphins tués chaque année en France

Les chalutiers qui pêchent au filet utilisent des méthodes de pêche intenses et industrielles, qui augmentent ce qu’ils appellent les « captures accessoires ». Ce sont notamment des dauphins attrapés par les chalutiers et morts dans leurs filets. Les cadavres sont rejetés à la mer. Aucune donnée statistique directe n’est connue, parce que même si la loi oblige à déclarer les captures, les pêcheurs ne les déclarent pas dans les faits, sans qu’ils soient inquiétés.

On sait pourtant, grâce à des organismes comme Sea Shepherd, que les décès de dauphins ont largement augmenté ces dernières années, parce qu’on retrouve de plus en plus de cadavres de dauphins échoués sur les côtes. « Le taux d’échouage enregistré par les scientifiques est 30 fois supérieur au taux normal. Avec une fourchette moyenne de 10 000 dauphins tués par an sur la façade atlantique, le taux de mortalité qui ne doit pas être dépassé sur une année entière l’est en un mois seulement ! », dénonce Sea Shepherd sur son site. Et les scientifiques estiment que les dauphins qu’on retrouve échoués représentent 20 % du total des dauphins morts.



Image : Sea Shepherd


« Aujourd’hui, la population de dauphins communs en Europe est estimée à 630 000 individus. Si 5 000 à 10 000 dauphins périssent chaque année, l’espèce est en grave danger. Car c’est au moins cinq fois plus que le seuil qui serait acceptable pour la population de dauphins communs. L’espèce se reproduit lentement et met donc très longtemps pour faire remonter ses effectifs. » expliquait rapidement entre deux échouages Olivier Van Canneyt de l’observatoire Pelagis, contacté au téléphone par France 3 Bretagne en janvier dernier. C’est « la pêche au chalut pélagique en bœuf [filet traîné par deux chalutiers, ndlr] ciblant le bar » qui serait la grande cause de cette mise en danger de l’espèce, selon l’observatoire.

Un rapport de 2016 signé par le CNRS, l’observatoire Pelagis et l'université de la Rochelle arrivait également à cette conclusion : « la mortalité infligée aux dauphins par les bateaux de pêche met en danger la survie de la population à moyen terme » (cité par Sea Shepherd).

Des mesures urgentes sont donc réclamées par Sea Shepherd. Mais en mars, le conseil d’État a refusé d'aller dans ce sens, arguant que les mesures prises doivent l’être sur le long terme, et non en urgence comme le demande l’association. Donc concrètement, et en attendant, rien ne sera fait.



Rien, pas tout à fait. Le groupe de travail sur les captures de dauphins au sein duquel Sea Shepherd n’a pas été admis défend l’utilisation des pingers. Ce sont des dispositifs sonores qui sont censés faire fuir les dauphins au moment de la pêche pour éviter leurs captures. Ces dispositifs sont obligatoires depuis le 1er janvier 2021. Or, problème selon Sea Shepherd : ça ne résout rien. Pire encore, « la puissance des pingers utilisés pour repousser les dauphins dépasse les seuils au-delà desquels la nuisance sonore est considérée comme du harcèlement d’espèce protégée, ce qui est interdit par la loi. »

« C’est juste un gadget. On repousse juste les dauphins de leur zone de nourrissage pour que nous puissions pêcher tranquillement. Ça n’est pas la solution. Il faut changer les méthodes de pêche et fermer les pêcheries. Il faut aussi installer des caméras à bord. » expliquait auprès de France Bleu la présidente de Sea Shepherd Lamya Essemlali, présente lors du Z Event. « À aucun moment la France ne remet en question son effort de pêche, ses méthodes non sélectives et leurs conséquences, mais préfère chasser un prédateur naturel, espèce protégée de surcroît, de sa zone de nourrissage en ignorant les effets pervers que peuvent avoir ces émetteurs de signaux acoustiques » résume l'association sur son site. Et les chiffres de captures tendent à confirmer la prédiction de Sea Shepherd. Il n’y a pas de remède technologique miracle pour sauver les dauphins.

Une habitude qui agace

On comprend que le message de « soutien », qui ne parle jamais des problèmes écologiques que combattent les associations choisies, a de quoi agacer.

Ce n’est pas la première fois que le message d’Emmanuel Macron à l’adresse du Z Event pose problème. En 2020, il avait félicité les streamers qui récoltaient des fonds pour Amnesty International. L’hypocrisie était même totale dans la mesure où au même moment, c’est-à-dire au sortir de la période des gilets jaunes, Amnesty International n’avait de cesse de dénoncer les pratiques de maintien de l’ordre du gouvernement. L’association constatait régulièrement de graves atteintes à la liberté d’informer en France, condamnait la loi anti-casseur qu’elle juge contraire au droit international, et réprouvait l’usage d’armes de guerre par les forces de l’ordre (LBD40, grenades de désencerclement).

Les autres associations choisies sont souvent dans des rapports de force tranchés avec le gouvernement Macron : c’est le cas de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux), qui dénonce régulièrement des pratiques de chasse que le gouvernement défend mordicus, ou même de la WWF (World Wildlife Fund, Fonds mondial pour la nature) qui défend le 100 % énergie renouvelable d’ici 2050. L'écologie n'est pas un « défi », comme Emmanuel Macron le dit dans sa vidéo. C'est un rapport de force politique.

En 2020, le tweet d’Emmanuel Macron avait pu faire grincer des dents, mais personne n’avait élevé la voix. Cette année, son coup de com a échoué, parce que des streamers et Sea Shepherd lui ont rappelé que personne n'est dupe.

Le 16 septembre 2022 à 17h37

ClaireI
Partisane

11 sujets
3 messages

Complètement normal que cette tentative de récupération ne passe pas. La Macronie ne se contente pas d'inaction climatique (avérée - condamnation par le Conseil d'Etat ainsi que mise en exergue par Agir pour l'environnement avec son classement des députés : https://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/parlementerre-decouvrez-les-votes-des-deputes-en-matiere-decologie/) mais met depuis plusieurs années des batons dans les roues des associations et collectifs qui oeuvrent pour la planète et la préservation du vivant.

Une communication présidentielle abjecte et hypocrite pour changer...

Merci pour l'article !

Répondre

Vindicte - dernière mise à jour le 25 août 2022

Notre ligne politique - À propos de nous - contact@vindicte.com